Pêche sportive

La pêche sportive est un type de pêche où l'objectif est le plaisir de la pratique, et où la consommation ou la vente des prises est secondaire.



Catégories :

Pêche sportive - Pêche - Question animale

La pêche sportive est un type de pêche où l'objectif est le plaisir de la pratique, et où la consommation ou la vente des prises est secondaire. Elle vise par exemple à la capture des plus grosses prises envisageable, ou le plus grand nombre en un temps limité. Elle nécessite le plus souvent un équipement couteux, une expérience et de bonnes conditions physiques. Ces éléments et ses objectifs sportifs tendent à la distinguer de la pêche de loisir.

Ce type de pêche suit un «esprit sportif» : une forme de respect de l'adversaire (le poisson), respect d'un règlement, de la Loi, et de l'environnement des compétitions, etc. Il est habituel, quand la technique de pêche le permet, que le poisson capturé soit relâché. Il peut aussi être conservé en vue d'une pesée, ou pour la consommation personnelle et commerciale.

La pêche sportive est quelquefois encadrée par des fédérations qui organisent des compétitions. En France, elle est représentée par trois fédérations disposant d'un agrément de Délégataire de Mission de Service Public délivré par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, et membres du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF)  :

La pêche peut se diviser en 2 grands types : la pêche en eau douce et en mer, et regroupe de nombreuses techniques.

Techniques de pêche en eau douce

Pêcheurs en barque sur la Saône

La pêche en eau douce se compose de 4 types principaux de pêche.


Pêche au posé

«Pêcheur»
László Mednyánszky, 1890.

La pêche au posé, ou ligne morte, consiste à présenter une esche aux poissons sur le fond. La ligne est par conséquent composée essentiellement d'une plombée ou d'un amorçoir (feeder en anglais) ou d'un plomb (dont la forme peut fluctuer selon l'intensité du courant ou la nature du sol).

Il s'agit par conséquent bien d'une pêche au lancer dont la touche sera détectée par un système de contre-poids (écureuil, une boulette d'amorce sur le fil entre le moulinet et le premier anneau de la canne ou par un détecteur électronique cher aux carpistes. Elle peut aussi être detectée par l'intermédiaire d'un quiver tip (Les touches sont signalées par le scion (tip) qui remue (quiver) ).

Pêche au coup

La pêche au coup est une technique qui consiste à attirer le poisson à un lieu déterminé nommé coup. Le principe parait simple, mais de nombreuses règles doivent être connues selon le lieu de pêche et de l'espèce de poisson recherchée. On ne peut pratiquer celle-ci que sur les rivières de deuxième et troisième catégorie (rivière lente, fleuve), les canaux, les étangs. Les espèces de poissons ciblées sont les poissons blancs  : ablettes, gardons, brèmes, carpes, tanches, rotengles, ides sont ceux qui sont les plus pêchés par cette technique. Principe : à partir d'un mélange plus ou moins complexe de farines et de graines de toutes sortes, on confectionne une amorce qui sera lancée à une certaine distance du bord, déterminée par la longueur de la canne, généralement entre 6 et 14 mètres. L'amorce par sa composition va attirer le poisson sur le coup, zone où on viendra pêcher avec une ligne flottante ou non. Cette pêche est sportive et de nombreux concours ont lieu dans de nombreux pays tant au niveau national qu'mondial. Il y a également des compétitions inter-nations. Les meilleurs pêcheurs sont sponsorisés par de grandes marques. Voici quelques grandes nations qui ont été championnes du monde : l'Angleterre, la France, la Belgique, l'Italie, l'Espagne, le Portugal, mais aussi certains pays de l'est qui depuis quelques années sont fréquemment sur les podiums internationaux Il faut de nombreuses années de persévérance pour commencer à obtenir des résultats. Il y a peu d'écoles pour ce type de pêche, c'est l'écoute et les conseils des autres qui permettent d'évoluer dans cette discipline.

Pêche au toc

Icône de détail Article détaillé : Pêche au toc.

Cette pêche consiste a capturer la majorité des salmonidés des rivières de haute et moyenne montagne en utilisant des appâts naturels récoltés au préalable sur le lieu de pêche. Les appâts utilisés fluctuent selon la saison, de l'altitude et de l'état de l'eau. Le matériel, quant à lui, est particulièrement spécifique mais peut être choisi essentiellement comparé à la taille du cours d'eau qu'on souhaite prospecter.

Pêche au vif

Il s'agit d'une pratique partagée par les "pêcheurs au coup" (le coup étant le lieu où on pêche après avoir appâté, quelquefois plusieurs jours jusque là) et les "pêcheurs au lancer". Elle consiste à attirer les poissons carnassiers (par exemple silure, brochet ou sandre, en rivière) avec un poisson vivant fixé sur l'hameçon Sur un coup amorçé pour la pêche de l'ablette il se produit un phénomène spécifique qu'on appelle chasse, il peut sagir de perches qui chassent en groupe où d'un sandre ou alors un brochet. Les ablettes sautent au dessus de l'eau et s'enfuient dans l'ensemble des sens. La technique employée pour remédier à ce phénomène consiste à monter sur une canne à vif un poisson vivant esché sur un hameçon approprié. La patience est de rigueur et est fréquemment couronnée de succès. La majorité des pêcheurs au coup ont une canne à vif prête à l'emploi, la présence d'un carnassier sur un poste peut géner énormément une partie de pêche. Pour cette raison certains pêcheurs emmènent dans un seau à vif quelques gardons qui serviront d'appâts.

Pêche à la mouche

Icône de détail Article détaillé : Pêche à la mouche.
Pêche à la mouche dans la Saine (39)

La pêche à la mouche se décline en différentes catégories :


Ces techniques consistent à imiter soit les insectes qui pondent leur œufs à la surface de l'eau (mouches sèches), soit l'éclosion de ces œufs (nymphes et émergeantes), soit des insectes noyés ou en vie subaquatique (nymphes et noyés), soit des petits poissons (streamers). Les poissons comme l'ombre, la truite et les autres prédateurs étant consommateurs de ces insectes ou de ces poissons, ils mordent à l'hameçon. La pêche à la mouche sert à prendre tous types de poisson dans des milieux variés (eau douce, eau salée).

Une "mouche" est par conséquent une imitation, appelée aussi "artificielle", qui tend soit à provoquer une attitude agressive de la part du poisson recherché (territorialité), soit à reproduire, plus ou moins idéalement, l'insecte ou le poissonnet dont le prédateur se nourrit. Cette artificielle est le plus souvent faite par le pêcheur à la mouche lui-même en fixant sur l'hameçon divers matériaux, plumes et poils variés le plus fréquemment. Cette activité de "montage de mouche" nécessite, hormis une grande dextérité, une bonne connaissance de l'éthologie des salmonidés et une expertise certaine en entomologie.

La première description rédigée de pêche à la mouche se trouve dans le Natura Animalium, où Claude Ælien (200 après J. C. ) décrit une technique de pêche macédonnienne consistant à leurrer des "poissons tacquiss" (certainement des truites fario) avec hameçons recouvert de laine rouge et cerclés de plumes de coq. Il est remarquable de constater qu'au XXIe siècle c'est la même technique, quasiment inchangée, qui permet aux "moucheurs" de leurrer des truites en imitant Ecdyonurus venosus (éphémère de la famille des Heptagéniidés).

Pêche au lancer

Cette technique est utilisée en lac, rivière et torrent de montagne et se pratique avec une canne de lancer équipée d'un moulinet.

On peut distinguer deux types de pêche au lancer, se différenciant surtout par le poids des leurres utilisés :

Le lancer respectant les traditions se fait à la cuillère, aux devons, aux poissons nageurs, aux leurres souples, aux jigs, aux spinnerbaits, aux buzzbaits et un tas d'autres leurres.
La cuiller est un leurre constitué d'un hameçon et d'une pièce métallique mobile et fixée en un point de l'hameçon.
Le devon est un leurre tournant.
Le poisson nageur est une imitation de petit poisson. Là aussi, ce sont les vibrations génèrées par le leurre qui provoque l'agressivité du poisson.
Le leurre souple est un leurre en plastique plus ou moins souple comme l'indique son nom : il existe une grande variété de ces leurres. Ce sont fréquemment des leurres peu coûteux, cela permet ainsi d'en acheter des différents. Ils se révélent assez polyvalents et efficaces quand les conditions sont plus complexes qu'à l'ordinaire, comme quand les poissons sont habitués aux poissons-nageurs.

Divers leurres

Des types variés de cuillères (tailles, formes ou couleurs) sont adaptés aux espèces, à la luminosité, au type de cours d'eau. A titre d'exemple, en eau trouble, des couleurs lumineuses telle que l'argent sont préférée à la couleur cuivre tacquise de rouge utilisée en torrent de montagne. Le noir est utilisé lorsque on voit le fond du cours d'eau. La rotation de la cuillère produit dans l'eau des ondes sonores s'apparentant aux battements d'ailes d'une mouche s'échappant de l'eau. Ainsi le jeu du moulinet est essentiel car il conditionne l'efficacité du leurre. il peut être rapide en été (les poisson sont plus vifs qu'en hiver), ou lent (en hiver les poisson sont engourdis par le froid par conséquent ne vont pas se déplacer sur énormément de terrain), ou saccadé.

exemples typiques de pêche à la cuiller :

Pêche à la traine

Cette technique consiste à laisser trainer le leurre ou le vif derrière un bateau. Elle se pratique fréquemment avec un écho-sondeur pour suivre les structures et déterminer les lieux les plus propices. Fréquemment cette pêche est utilisé comme prospection. Une fois qu'une prise est faite on pêchera au lancé sur le site où cette prise a été faites.

Plusieurs accessoires de pêche à la traine existe :

Pêche à la main

La pêche à la main consiste, en eau douce, à pouvoir attraper un poisson à la main. Pour ceci le pêcheur doit être particulièrement discret ou particulièrement patient et en particulier passer ses mains dans les caches ou se situe les poissons (pierres, racines etc... ) mais vif au moment d'attraper le poisson. Cette pratique est complètement prohibée en France

Techniques de pêche en mer

La pêche en mer, se compose de techniques différentes selon le lieu d'où on pêche

le surfcasting

Littéralement lancer dans la vague, cette pêche est pratiquée sur tout les littoral. La technique consiste à propulser avec une canne de lancer, ses appâts dans les vagues et attendre la touche des poissons venant au bord pour se nourrir. Les touches sont visibles sur la canne posée sur une pique ou un trépied. Cette pêche se pratiquant dans les vagues par conséquent dans des zones de turbulence, on utilise un plomb dit plomb-grappin pourvu de trois ou quatre branches qui va stabiliser la ligne en accrochant le fond sableux. Elle connait d'autant plus de succès si la mer est forte, la nuit, au lever et couché du soleil et si on à pour but de utiliser pour appâts des vers ou coquillages présents dans les zones pêchées.

La ligne est le plus souvent composée d'un corps de ligne sur lequel sont attachés un ou plusieurs hameçons et au bout duquel est fixé le leste. Le montage (Hameçons, grappin, perles etc... ) sera fonction du site de pêche, du poisson recherché des conditions climatiques (vents, courants... ) mais aussi de l'humeur du pêcheur.

Les espèces le plus fréquemment traquées sont les bars ou loups, les sars, les dentis.

Pour lancer sa ligne, le pêcheur pénètre plus ou moins dans la mer, le plus souvent vêtu de combinaison étanche protégeant jusqu'au haut du corps.

Cette discipline, particulièrement technique, voit des pêcheurs du monde entier s'affronter sur les rivages de l'ensemble des mers du globe. Des compétitions nationales ou mondiales sont organisées par les fédérations ou les grands clubs tels le Team Corsica Fishing, célèbre club corse de la région bastiaise.

la mouche

Icône de détail Article détaillé : Pêche à la mouche.

La pêche à la mouche en mer est plus marginale que la pêche à la mouche en eau douce. Malgré tout la pêche au tarpon par exemple, se pratique aussi à la mouche.

La pêche aux gros

Il s'agit de la pêche aux gros poissons de mer, espadons mais également requins, thons, etc.

La pêche sous-marine

Icône de détail Article détaillé : Chasse sous-marine.

Elle se pratique en apnée ainsi qu'avec un fusil sous-marin.

Intérêt de l'activité

La pêche sportive est une passion avant toute chose qui peut être cataloguée en sport occasionnellementmême s'il ne faut enlever à cette pratique ni la stratégie (comme l'amorçage et la préparation des esches), ni l'effort physique (comme la pêche itinérante ainsi qu'à la mouche) et sans doute pas la concentration si chère à d'autres disciplines.

Cette pêche a bien entendu évolué depuis son origine, autant en matériel qu'en prises et en techniques.

Materiel

Les different leurres : Crankbait, Hard jerkbait, Stickbait, Popper, Poisson à hélice, Crawler, autres hard bait, In-line spinnerbait, Spoon, Spinnerbait, Buzzbait, Soft jerkbait, Soft imitative, Soft vibratory, Jig, Swimbait, etc...


Recherche sur Google Images :



"la pêche à la mouche en rivière ..."

L'image ci-contre est extraite du site www.guide-flyfishing.fr

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (567 x 377 - 42 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%AAche_sportive.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 16/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu